4L Trophy 2011

L'équipage 154 : "Les Allumés de la Paix", a pour objectif de participer au 4L Trophy 2011.

Ce blog permet la publication de l'actualité de la préparation et de la participation au raid, il regroupera de plus les photos, vidéos et le journal de bord du raid. Tout ce qui est accompli en vue de la participation au 4L Trophy sera publié ici.

Les Allumés de la Paix vous souhaitent une bonne lecture, et espèrent vous faire vivre l'aventure à nos côtés comme si vous y étiez !


Video de présentation 4L Trophy 2011

_____________________________________________________ _____________________________________________________

lundi 30 mai 2011

Si vous voulez participer au 4L Trophy, arrêtez-vous ici !


.

Des informations pratiques pour les prochains participants au 4L Trophy

Nous souhaitons grâce à cet article partager notre expérience de participants avec les futurs Trophystes, donner les conseils qui nous semblent les plus important, et puis vous souhaiter bonne chance dans votre préparation et votre travail.
Ces conseils ne sont que des conseils, il y a autant de façon de préparer son raid que de participants, appuyez-vous donc sur ce qui vous semble important, et continuer de mener vos propres initiatives !

  • Conseil n°1 :
N’oubliez surtout votre objectif lors de la préparation. En effet, ce n’est pas de tout repos d’organiser tout ça, et certains jours, le cœur n’y est pas forcément, alors promenez-vous un peu sur Youtube pour voir des vidéos qui vous redonneront la motivation, ou bien sur des sites de participants tels que celui-ci !

  • Conseil n°2 :
Si vous avez le temps pour bricoler, optez pour la solution « 4L pas chère ». Vous aurez de toute façon à changer un paquet de pièces sur votre bolide pour qu’il arrive au bout, autant acheter un véhicule en moins bon état, vous aurez moins de peine à jeter des pièces cassées que des pièces quasi-neuves :p Le point le plus important reste le moteur et le châssis : privilégiez un châssis et un moteur en bonne état si vous n’avez pas pour objectif de démonter la 4L jusqu’au dernier boulon. Tout ce qui concerne les suspensions, le train arrière et le train avant devra probablement être changé, ne vous focalisez donc pas là-dessus (amortisseurs, roulements, cardans, rotules …)

  • Conseil n°3 :
Dans le précédent conseil, nous parlons bien de « temps pour bricoler ». En effet, les connaissances en bricolage ne sont pas vraiment nécessaires, si l’envie y est, bricoler une 4L devient assez facile. Bien sûr il est préférable de savoir changer une roue et de connaître quelques notions simples de la mécanique, mais ce n’est pas rédhibitoire. Nous vous conseillons donc fortement de vous munir de la revue technique, de sites internet dédiés à la rénovation de 4L et de mettre les mains dans le cambouis ! Après l’effort, il n’y a rien de plus beau que de voir sa 4L arriver à Marrakech en (plus ou moins) bon état. :p

  • Conseil n°4 :
Ce qui casse très souvent sur le rallye :
-          - Cardans (ou soufflets)
-          - Rotules (direction, suspensions) : changement très conseillé
-          - Amortisseurs : changement très conseillé des quatre
-          - Beaucoup de problème de réglages avec le carburateur, nous n’avons pas eu ce genre de panne, donc nous vous conseillons de vous diriger vers d’autres participants pour en savoir davantage
-          -  Châssis : encore une fois, il est indispensable de partir avec un châssis en bon état
-          - Surchauffe : un radiateur en bonne état, et éventuellement une pompe à eau neuve avec durites neuves, le changement de pompe à eau n’est pas difficile, et au vue du nombre de 4L arrêtées sur l’autoroute en Espagne, c’est une bonne chose à faire.
-          -  Je pense qu’on en oublie …

  • Conseil n°5 :
Les sponsors, et les fonds pour arriver au bout. Il s’agit, comme lorsque vous chercher un job ou un stage, de balayer un maximum de monde. Faire marcher son réseau, c’est primordiale : la famille, les amis, les amis des amis, c’est eux qui vont vous soutenir et vous ouvrir des portes, ne négligez personne. Créez un compte bancaire au nom de votre association pour crédibiliser vos démarches, et joignez un dossier de partenariat à vos demandes (un exemplaire du notre est disponible sur ce blog comme exemple).

* Article en cours de rédaction *

.

mardi 8 mars 2011

Journal de bord - Impressions

.

Bonjour à tous et toutes.

Le journal de bord est enfin publié. Un peu de lecture, évadez vous avec nous, et vivez l'aventure ! (pour profiter au maximum de la lecture, utilisez le navigateur web Firefox, en effet sur Internet Explorer la mise en page est modifiée et pas très agréable)

Le temps est désormais aux impressions et aux souvenirs !
Nous voulons avant tout remercier tous ceux sans qui il n'aurait pas été possible de prendre la route, des sponsors aux détenteurs de stylos 4L Trophy, des gens qui nous ont motivés aux personnes qui nous ont aidés à la mécanique. Nous n'avons pas pu mettre tous les noms sur la voiture, nous avons fait pour le mieux afin de remercier le plus grand nombre, et si votre nom n'apparaît pas, vous étiez quand même dans nos têtes pendant le raid. Merci aussi aux lecteurs réguliers du blog, vous avez été nombreux à nous suivre et cela nous touche beaucoup ! :-)



Et voilà, l'aventure qui a commencé il y a près d'un an est terminée, après 5 500 km avalés. Une année de préparation intense, beaucoup de boulot (comme vous avez pu le constater en suivant les articles), quelques sacrifices, mais dans l'ensemble, nous avons aussi profité de ces moments, et nous avons appris plein de choses, notamment au niveau mécanique ! Et puis, pour terminer, deux semaines de folie, des souvenirs inoubliables, des yeux qui brillent, des rencontres formidables ... On n'arrive pas encore vraiment à réaliser tout ce qui vient de se passer, c'est allé très vite, mais on comprend bien que pendant ces deux semaines uniques on a été gâté, et on peut en ressortir plutôt heureux et fiers du travail accompli !

Encore un grand merci à tout le monde !

Si vous avez des questions à nous poser, des commentaires sur tout ce qui a été dit, ou même si vous avez envie de récupérer photos et vidéos, laissez un commentaire, nous serons contents de le réceptionner et nous y répondrons. Après vous avoir raconté plein de choses, c'est à vous de nous faire profiter de vos idées et remarques !

Clément et Maxime, Les Allumés de la Paix,
équipage 154 du 4L Trophy 2011


.

Quatrième et cinquième étape, épreuve marathon sur deux jours : Timerzif - Marrakech (9ème & 10ème jour – Jeudi & Vendredi)

.

Journal de bord

Après le briefing matinal, départ pour l’épreuve marathon. Lâchés deux jours dans le désert pour rejoindre Marrakech le lendemain. On reste en groupe toute la journée, histoire de ne pas se perdre au milieu du désert, pour pouvoir passer la soirée et la nuit ensemble. Au kilomètre 20 : « Attention ! Oued mou, continuez tout droit sur la piste dure ». Le road book était assez clair, il fallait suivre la piste. Hihi, une 4L s’amuse, elle s’ensable sur le côté. Derrière, l’autre croit que la route à suivre est dans le sable … Ainsi de suite jusqu’à renouveler l’expérience du bac à sable hier, des dizaines de 4L ensablées. Résultat des courses, 4h d’attente pour débloquer tout le monde, alors que nous sommes passés sans aucun souci au milieu du sable, sur une jolie piste en dur !


Héhé, la journée commence sur les chapeaux de roue ! On roule, on roule pour combler le retard accumulé, des paysages somptueux, des oueds mous à la pelle (c’est le cas de le dire, on a creusé un peu aujourd’hui …). Juste avant le coucher du soleil, on traverse un oued et on en profite pour charger les barres de toit de bois pour faire du feu le soir, on continue notre route et on atteint doucement les 90km de piste dans la journée. Un peu de retard sur les prévisions, mais interdiction de rouler de nuit, c’est un coup pour se perdre, on dresse donc un petit bivouac sur le sable qui va s’agrandir jusqu’à accueillir une petite quinzaine de personnes. On est rejoint par une bande de normands fort sympathiques ! Petit repas et apéro convivial bien serrés sur la couverture pique-nique qui nous suit depuis le début (merci Caro et Sophie d’avoir pensé à ça !). La soirée continue et un petit déplacement vers le feu s’impose, c’est parti, on allume les brindilles avec du papier toilette, et on alimente le feu avec tout le bois qu’on a récupéré sur le chemin. La carte postale en ferait rêver plus d’un ! Un groupe d’étudiants autour d’un feu, une bière à la main, sur le sable, en plein milieu du désert Marocain, avec une guitare et une chorale qui pousse la chansonnette ! Pour tout vous dire, on serait bien resté un peu plus là-bas, une deuxième étape marathon ne nous aurait pas déplu ! Enfin, la fatigue se fait ressentir en fin de soirée, et le feu perd en vigueur, il est tard il faut aller se coucher, demain départ 6h pour rattraper le retard et arriver à Marrakech pas trop tard.




La route du deuxième jour n'est pas évidente, beaucoup d’oueds, et un ensablement très tôt dans la journée aura fini de fatiguer tout le monde ! Héhé, la fatigue rend la fin de l’étape un peu plus difficile, et on atteint « l’enfer des cailloux » sur la fin après être passés par de la piste très roulante. C’est ici qu’on remercie nos plaques de protection, et donc Jean Etienne, des pierres partout, des bang, bing et poc sous le plancher. Camille et Antoine s’arrêteront pour une crevaison. Et enfin, la ligne d’arrivée ! La piste, c’est terminé, on est arrivé à bon port, dernier checkpoint dans le désert ! Une petite pause mécanique pour Caro et Sophie, et du coup pour nous aussi ;-)


Et hop, on repart direction Marrakech, la route, et le fameux col du Tichka. On monte, on monte, on monte, on tourne, on tourne, on tourne et on descend, on descend, on descend. Et attention … on recommence ! ^_^ La nuit tombe, les yeux sont petits pour tout le monde, on alterne pilote/copilote régulièrement, et on arrive sur le contrôle de passage à Marrakech. Ici distribution des documents nécessaires pour rejoindre les hôtels, plan de Marrakech et autres informations pour la soirée de clôture du lendemain. Une dernière étape à tourner dans Marrakech, un peu perdus et fatigués, et puis, la conduite là-bas c’est pas non plus très amusant … On arrive à rejoindre l’hôtel vers 23h30, on installe nos affaires, on prépare les douches, mais avant, un petit repas s’impose avant que le restaurant ne ferme. Le buffet nous aura redonné vie, et ensuite direction la douche ! Enfin, on va pouvoir découvrir si on est bronzé ou alors simplement sale de 7 jours dans le désert … Verdict : en sortant de la douche, on reste bronzé, mais un peu moins qu’avant, il y avait donc pas mal de sable … Et au lit ! Demain c’est grasse mat’ !
 



 L’étape marathon se termine sur le grand luxe à Marrakech, mais ce qu’il faut retenir c’est la magie du bivouac en autonomie, une soirée mémorable, qui restera très certainement longtemps dans la mémoire de tous. C’était magique, énorme, splendide, enfin tout ce que vous pouvez imaginer …

.

Troisième étape, épreuve du bac à sable : Merzouga - Timerzif (8ème jour - Mercredi)

.

Journal de bord

Départ pour la piste avec Camille, Antoine, Sophie et Caroline. Aujourd’hui on roule tous ensemble ! Enfin pas pour longtemps, après les quelques kilomètres de route, Camille et Antoine nous lâchent à cause, toujours, d’une surchauffe, le liquide de refroidissement bout, ce n’est pas bon signe, ils doivent attendre la première voiture méca-piste.


On continue donc notre route à deux équipages pour entrer sur la piste avant la fermeture du point de contrôle. Un joli pique-nique au milieu de nulle part à l’ombre des deux 4L, un bon saucisson au milieu du désert, rien de mieux. Puis le repos c’est bien, mais direction le bac à sable, il va falloir faire bouger un peu les jambes et pousser les 4L alors du nerf !


Arrivée vers 14h au bac à sable … On réfléchit longuement sur l’itinéraire à prendre, mais surtout l’itinéraire à éviter ! On se lance et puis … on s’ensable, on a beaucoup avancé, on y était presque, enfin … On restera bien 3h (on n’a pas trop regardé la montre à vrai dire …) dans ce sable fin. Petit moment de nostalgie, une pensée pour nos âmes d’enfants qui seraient bien restées un peu plus longtemps pour construire des châteaux et des tunnels dans le sable … Mais bon, le temps risque de manquer, il reste encore 80km de piste et … un deuxième bac à sable derrière la montagne ! Héhé, bien caché ! Un itinéraire un peu « taquin » aujourd’hui comme diraient les filles … La tension monte chez tous les équipages, ça y est, on galère tous ensemble, c’est là qu’on commence à sentir l’esprit 4L Trophy ! Finalement on ne restera pas plus de 30 minutes ici, on aura appris des erreurs des autres et on slalome entre les 4L ensablées ^_^ Et hop on ne s’attarde pas, direction la piste ! Avaler 80km de piste après tout ça, la nuit va probablement nous rattraper avant le bivouac !



C’est donc le cas, le soleil nous abandonne et la lune n’est pas aussi généreuse que lui, on ne voit plus grand-chose, les pistes ne sont pas très marquées et on a vite fait de se perdre. Un Clément ultra concentré sur la trajectoire et un Maxime qui ne lâche pas la boussole et le road book. L’épreuve d’orientation commence à devenir très intéressante ! On est à fond dedans. Sauf qu’on se retrouve à la tête d’un cortège d’une dizaine de 4L, tous un peu perdus dans le noir … La pression est grande, on ne se perd pas encore mais ça ne saurait tarder. Dès que certaines voitures prennent la tête et que le cortège s’agrandit, on perd un peu les traces dans tous les sillons des 4L et on se retrouve dans un micro bac à sable, ça y est, nous avons perdu la piste … Deux berbères nous rejoignent en mobylettes (on ne sait pas trop d’où ils sortent sachant qu’il n’y a rien autour de nous, mais eux ne sont pas perdus … Ils seraient même un peu moqueurs en nous voyant galérer ^_^), ils nous aident gentiment à pousser les quelques ensablés et on repart après une bonne grosse heure de réflexion sur l’itinéraire et de désensablement. On se retrouvera quelques minutes plus tard coincés avec de nombreuses autres 4L devant un oued géant (beaucoup de sable !). Eh oui, les marocains ont creusé des tranchées dans la piste pour plus de spectacle, on est tous obligé de contourner en passant dans le sable ! Un régal pour leurs yeux, et pour nous aussi :-)



L’arrivée sur le bivouac de Timerzif se fait donc de nuit, vers 23h30, le plein d’essence pour l’étape marathon du lendemain, préparation de la tente et de la nuit, et direction le grand feu au milieu du bivouac pour manger un morceau. Une fin de soirée très agréable devant la chaleur du feu et l’assiette de poulet et de légumes :P Un débriefing sur cette épreuve riche en émotions, une entraide incroyable, c’est aujourd’hui que des liens se sont créés avec les autres participants, et je pense que rien ne pourra faire en sorte que l’on oublie ce moment. Très dur physiquement et psychologiquement, mais tellement intense et merveilleux ! On se couche finalement vers 2h le temps de laisser descendre la pression autour du feu. Le lendemain briefing à 8h30 et départ juste après pour la dernière étape : l’étape marathon !

.

Seconde étape, épreuve des dunes : Errachidia - Merzouga (7ème jour - Mardi)

.

Journal de bord
 
Cette étape annonce la couleur du sable ! L’épreuve des dunes nous attend sur la fin de l’étape juste avant le bivouac de Merzouga. Pistes et plateaux désertiques en direction du grand sud Marocain. Une petite étape exclusivement sur les pistes et le sable. Ça y est, le road book commence à ne plus avoir trop de secret pour nous …


Le lever du soleil était géant, une chance de se lever pour 6h30 finalement ! Sur la route (enfin plutôt la piste) un petit arrêt à côté d’un équipage en pleine mécanique : la rondelle de l’amortisseur arrière est cassée, l’amortisseur est donc dans le vide, il n’est plus fixé. Pour les aider on regarde rapidement les fixations du nôtre, et surprise surprise, même souci pour nous ! On roulait sur 3 amortisseurs sans s’en rendre compte, ah bah bravo ! On récupère rapidement les anciennes rondelles dans le coffre et petite pause mécanique au milieu du désert. Quelques autochtones étaient là pour aider les équipages en panne, une bonne ambiance ! On en profite pour installer les pneus à chambre à air et sous gonfler un peu le train avant, le sable arrive doucement, et ça risque de nous être utile … On arrive vers 11h30 à l’épreuve tant attendue de la journée, les dunes ! C’est comme au ski, on passe entre les portes. Un ensablement sur les quatre portes (dunes) franchies. Sacrée 4L, elle a des ressources ! (enfin, merci au second ventilateur tout de même, parce que le soleil tapait fort et le haut régime en première ne devait pas refroidir tout ça …). Après les dunes direction Merzouga, une petite dizaine de kilomètres de piste pour atteindre le bivouac, quelques pauses photos, les dunes sont tellement grandioses, et nous voilà arrivés sur le bivouac vers 13h. Avant de s’installer on dépose les fournitures scolaires et sportives avec les autres, la 4L relève un peu la tête en gagnant un peu de hauteur, et les amortisseurs crient youpi !


Une chance d’arriver tôt, on va pouvoir profiter de la remise des dons en fin d’après-midi et faire un tour au stand mécanique pour une révision complète avant l’épreuve du bac à sable le lendemain ! Un trou dans le soufflet de cardan … On démonte donc le cardan droit, une petite frayeur, mais après quelques conseils et recherche de pièces, on finira par utiliser le scotch américain qui aura réparé bien des 4L sur les bivouacs ! L’outil indispensable à tout équipage du 4L Trophy je pense ! On remonte tout ça, le niveau d’huile de boîte, et changement de la rondelle de l’amortisseur arrière qui n’a pas encore lâché contrairement à l’autre ce matin. Petit tour de la 4L pour vérifier son état général et direction les dunes pour planter la tente avant la remise des dons.



On retrouve Camille et Antoine sur le bivouac qui n’ont pas pu traverser les dunes à cause d’une surchauffe. Les pauvres ils cumulent les soucis de refroidissement, tout est lié mais ce n’est quand même pas de chance ! On arrivera aussi à retrouver Sophie et Caroline pour les aider à réparer leur câble d’accélérateur dont la gaine avait fondu … Réparation à la marocaine avec récupération de pièces et ça marche comme sur des roulettes. Il leur faudra juste régler un problème étrange de carburateur par les mécanos dans la soirée et elles sont reparties pour le lendemain (problème résolu avec un morceau de fil de fer au passage …. o_O) !




Remise des dons aux enfants sur place dans la soirée. Un discours émouvant, et des sourires sur beaucoup de visages. Un peu d’aide pour charger et surveiller les fournitures scolaires dans les camions et un bon buffet géant ! Que d’émotions pour ce bivouac.


La soirée se passe tranquillement et on se couche à côté d’une grande dune pour récupérer de l’énergie et prendre la route du bac à sable le lendemain, une grosse étape nous attend !



.

Première étape dans le désert : Enjil – Errachidia (6ème jour - Lundi)

.

Journal de bord

On est parti pour la première véritable étape. Le road book et la boussole en main, on est prêt pour attaquer la piste. La 4L ne demande que ça et comme à son habitude, elle démarre au quart de tour !

Des paysages magnifiques, des enfants et adultes qui font signe sur le bord des routes. C’est super ! Le passage sur la piste se passe comme sur des roulettes, et on a même droit à un petit plan d’eau en sortant de la piste pour se baigner (enfin, se laver, la dernière douche datant de l’hôtel à Saint Jean de Luz !). Un bain bien frais pour attendre le prochain … Probablement l’hôtel de Marrakech, les douches ne sont pas très présentes sur les bivouacs, et surtout il y a 2400 personnes à nettoyer, donc pas simple ^_^



Les premiers kilomètres de piste auront été marqués par la découverte : faut y aller doucement là-dedans si on veut arriver au bout, ça secoue ! Première véritable étape d’orientation, on apprend peu à peu à se servir du road book et de la boussole. Pour le moment on a plus utilisé la méthode « suivons la poussière, y’a des 4L ! » ou alors « on est seuls devant là, on fait une pause saucisson et on laisse passer quelques 4L devant ? ». L’étape se termine avec une jolie petite route au milieu du désert, qui ne manque pas de charme. Les paysages étaient magnifiques hier, aujourd’hui splendides, on attend demain avec impatience ! Arrivée en fin d’après-midi sur le bivouac d’Errachidia, tente plantée à côté du sable (on a d’ailleurs dû pousser nos premières 4L, tout le monde s’ensablait à côté de nous, nous aussi d’ailleurs …). Plein d’essence et petit repas sympathique avec Caro et Sophie. Un peu de guitare pour la forme et les dunes. Ce soir une petite nuit, demain départ 6h30 pour l’équipage 154. Au lit, et prêts à en prendre plein la vue le lendemain à Merzouga.

.

Liaison Larache – Enjil pour le premier bivouac dans le désert (5ème jour – Dimanche)

.

Journal de bord

Enfin, on découvre le Maroc de jour ! Pour commencer ça sera l’autoroute, et les animaux qui cohabitent avec les automobilistes (et les charrettes aussi), quelques surprises, notamment deux jeunes sportifs qui faisaient leur jogging sur la bande d’arrêt d’urgence. Pas mal. La traversée d’El Hajeb marquera le changement de paysage, de la ville au désert ! D’ailleurs, c’est à cet endroit que nous avons lâché Camille et Antoine ainsi que notre alternateur (premier souci mécanique pour notre 4L !). Une soupape cassée pour les amis, conséquences des problèmes précédents (anti-fuite), l’assistance ne veut pas réparer, trop de boulot pour eux. Ils tentent donc les garages marocains, jusqu’à trouver the réparateur, il aura trouvé la pièce, remonté le tout, et tout ça pour 200 dirhams, soit 20€. Balèze. En tout cas merci à lui pour avoir redonné le sourire aux deux toulousains ! Pour notre alternateur, on échange assez rapidement avec celui qui était dans le coffre (merci l’épave pour cette pièce !).



Fin de la route (seuls maintenant) pour Enjil. Des petites routes très jolies, neige, forêts, cailloux, et paysages formidables, ça y est, on entre dans le Maroc, et c’est magique ! Nos yeux brillent et les appareils photos fonctionnent à plein régime ! Arrivée sur le bivouac d’Enjil en fin d’après-midi, 1900m d’altitude, pour tout le monde il fait très froid, mais après notre nuit en Espagne entre Burgos et Valladolid, c’est de la rigolade ! Un super bivouac, un bon repas berbère, et un apéro, la soirée au milieu de rien avec 1200 4L est géniale ! Pas encore de sable mais des cailloux qui viennent taquiner nos fesses pendant la nuit. Une nuit réparatrice tout de même, pour le départ le lendemain, avec les premiers kilomètres de piste ! Impatients :-)

.

Briefing, départ pour le Maroc et liaison Tanger - Larache (4ème jour - Samedi)

.

Journal de bord

Le matin aura été marqué par l’achat d’un gros morceau de jambon espagnol, de deux saucissons, de pain et d’autres articles dignes d’un équipage de gloutons ! Le plein d’essence, le plein d’air dans les pneus, et un peu d’huile de boîte pour équilibrer la légère fuite (rien de grave, elle fait ça depuis longtemps).



On est paré pour prendre le bateau et découvrir un nouveau continent ! Mais avant briefing ! Toutes les indications et conseils du directeur de course et créateur du 4L Trophy, Jean-Jacques Rey. Ensuite direction le port d’Algésiras (encore des coups de klaxons) et grosse ambiance pour l’embarquement ! Dans quelques minutes nous débarquerons sur le sol marocain, houhou ! La liaison pour Larache se fera de nuit, un débarquement de 4L ! Un petit souci mécanique pour nos amis toulousains de nouveau. Pour re-situer dans son contexte, il faut savoir qu’il leur a été conseillé de mettre de l’anti-fuite dans leur circuit de refroidissement au poste mécanique d’Algesiras. Pour sûr il n’y a plus de fuite, mais le moteur a surchauffé à cause du produit, et l’anti-fuite a moussé dans le vase d’expansion … Pas de chance pour eux, nous les accompagnons à 50-60km/h sur l’autoroute, escortés par les 4x4 d’assistance (cinq voitures avec gyrophare pour deux 4L, la grande classe … ou pas). Vers 2h du matin (heure marocaine, une heure de moins), arrivée au camping improvisé par l’organisation, et petite info intéressante en arrivant : il faut partir le lendemain à 5h30. Bon, beh, bonne nuit !

.

Liaison Saint Jean de Luz – Algesiras (2ème & 3ème jours – Jeudi & Vendredi)

.

Journal de bord

On découvre les fameuses autoroutes espagnoles. Toujours tout droit, quelques panneaux pas très clairs et des stations-services pleines de 4L tout le long de la route.



San Sebastian, Burgos le jeudi. On plante la tente juste après Burgos dans la campagne espagnole, la nuit, le froid, le chauffage de la 4L (oui oui, on a le chauffage dans la 4L ! Enfin, sous réserve que le moteur chauffe, mais pas trop de soucis à ce niveau …). Avec tout ça on en oublie que l’altitude est assez importante … La neige fondue, on a failli se coincer dans la boue en 4L dans un chemin, première alerte avant le sable ! Arrivée 22h et la soupe engloutie depuis quelques temps, on se couche frigorifiés dans les tentes couvertes de givre. Certainement la nuit de camping la plus froide … En se levant le matin, les duvets craquaient sous l’effet du gel … On n’aura pas trainé pour repartir à 6h avec le lever du soleil ! Mais cette soirée/nuit restera dans les mémoires, c’est pour ça qu’on est là !



Direction Valladolid, Salamanca, Caceres, Sevilla et Algesiras (ouf !). Environ 1500km d’autoroute sur les deux jours. Arrivée vendredi soir vers 23h30 après quelques problèmes mécaniques pour les Toulousains (équipage 615, Camille et Antoine). Une fuite au niveau du joint de pompe à eau nous aura un peu retardés, mais ça nous aura permis de rencontrer des espagnols très sympathiques, et de renouer avec la « idioma de los toreros » (« plop, plop, plop, la pompa de agua, aïe aïe aïe … »)! En arrivant à Algesiras vers 23h30, on plante la tente, on retrouve Caroline et Sophie, préparation d'un bon plat de pâtes et on se remet de la journée assez longue avec un p’tit apéro. Prévisions pour le lendemain : courses (charcuterie ! Eh oui, au Maroc ça ne sera pas facile d’en trouver, et en Espagne c’est tellement bon …), plein d’essence, vérifications mécaniques et autres avant le briefing et le départ en bateau le soir.

.

Village départ : Saint Jean de Luz (2eme jour)

.

Journal de bord

Le grand jour du départ. Le réveil n’aura pas été bien dur aujourd’hui, on se dirige doucement vers le lieu de départ, un peu excités et énervés. On attend patiemment le lancement de l’édition 2011 du 4L Trophy, dans quelques heures on pourra dire qu’on y était ! Entre 13h et 14h discours, recommandations, et informations nous motivent encore un peu plus. On aura même droit aux encouragements de Lionel Chamoulaud, présentateur de Stade 2. Vers 14h le départ est donné simultanément entre Paris et Saint Jean de Luz, l’ambiance monte, des frissons, et hop on saute tous dans les voitures, les klaxons fonctionnent, pour sûr, il n’y a aucun soucis pour ça ! Un joyeux bordel organisé comme on dit souvent … Dans les rues de Saint Jean de Luz, des 4L partout, des enfants, des plus vieux, tout le monde est là pour observer, sourire et applaudir au passage des participants. L’ambiance est lancée, la magie du 4L Trophy commence ! Et hop, direction Algesiras pour le premier bivouac avec les 700 équipages de Paris supplémentaires.


.

Village départ : Saint Jean de Luz (1er jour)

.

Journal de bord

Le rendez-vous était à 10h sur le village départ, vérifications techniques OK (après l’achat des fusées de détresse à la boutique 4L Trophy), vérifications administratives OK. 11h : fin prêts pour partir, et pourtant, il faudra attendre le lendemain 14h … La journée passera à regarder les préparations des autres, les photos des éditions précédentes, et rencontrer les autres participants. On croise même Simon, ancien étudiant Mesures Physiques, qui s’est de nouveau lancé dans l’aventure. Petite discussion entre étudiants du même IUT, une rencontre bien sympathique. On espère le croiser souvent sur les étapes au Maroc !


La nuit tombe, direction un emplacement pique-nique pour planter la tente et passer la première soirée bivouac. Les mêmes que la veille, on se retrouve tous les 6, et on accueille Caroline et Sophie (1237) qui passent la soirée avec nous. Un petit verre de rouge et un petit air de guitare pour fêter le départ. Deuxième soirée à l’image de la première, géniale, alors qu’on n’est pas encore sur la route. L’aventure semble déjà intéressante rythmée par les rencontres chaleureuses, on attend la suite avec impatience !

.

Village départ : Saint Jean de Luz (J-1)

.
 
Journal de bord

Mardi matin départ de Bergerac pour Saint Jean de Luz, juste après les dernières bricoles (autocollants, photos devant l’enseigne Groupama, chargement des dernières affaires dans le coffre…). Après environ un an de préparation, on se met au volant de la 4L et on s’installe dans nos supers sièges pour 2 semaines de découverte intense !


Excités comme des puces, on trace la route, sans aucun souci technique (ouf !). Arrivée au village départ, on attend sagement de rencontrer d’autres équipages, mais peu de gens avaient fait le chemin la veille. On cherche un hôtel pour passer la nuit (l’idée de départ c’était la tente, mais la pluie nous a remis un peu sur le droit chemin ^_^). Premier hôtel visité, et Bernadette, à l’accueil, accorde sa contribution à notre raid en nous offrant une chambre de 4 personnes pour la nuit. L’aventure commence vraiment très bien ! Ni une ni deux on saute dans la voiture pour aller chercher d’autres camarades de route et partager la chambre avec des équipages venus comme nous un peu sans rien prévoir :P
C’est donc ce soir qu’on rencontrera Camille, Antoine (615) et Chanel, Pascal (1481). La soirée géniale, une réparation de porte passager sous la pluie et une bonne douche avant la prochaine…

.

mercredi 2 mars 2011

Photos de l'aventure

.

Cet article rassemble toutes les photos de l'aventure, pour en remettre certaines dans leur contexte, lisez le carnet de route et plongez vous dans les merveilles du Maroc et du 4L Trophy ! Nous espérons que vous apprécierez toutes ces illustrations, et nous vous souhaitons un excellent visionnage !







.

dimanche 13 février 2011

Derniers préparatifs

.

Bonjour à tous et à toutes !

Aujourd'hui dimanche 13 février 2011, il ne reste plus qu'une journée complète avant le grand départ. Les dernières étapes de la préparation se terminent plutôt bien. Les listes de choses à faire et de choses à penser naissent et meurent à la seconde, et les autocollants prennent place sur la carrosserie !

Le coffre est chargé, fournitures scolaires, sportives, pièces de rechange, boîtes de conserve et encore tente et duvets, tout y est ! (Au menu cassoulet, manchons de canard confits, pâtes, couscous, saucisson, pâté, sauce tomate, ratatouille et on s'est même réservé une petite portion de foie gras pour l'arrivée à Marrakech si tout va bien, un vrai bonheur de préparer les repas à l'avance et de s'imaginer dans la situation ...).

Nous sommes convoqués mercredi matin 10h à Saint Jean de Luz pour les vérifications techniques. La route se fera donc mardi dans la journée, et le départ officiel pour le sud de l'Espagne sera donnée le Jeudi 17 février.

Les appareils photos sont prêts à l'emploi, batteries chargées et cartes SD vidées, vous aurez ainsi la possibilité de suivre notre aventure en photos très prochainement ! L'accès à internet sera certainement compliqué sur les étapes, nous vous donnons donc rendez-vous à l'arrivée (croisons les doigts) pour partager souvenirs, photos et émotions.

Nous remercions tous les lecteurs du blog de nous avoir accompagné jusqu'au bout de la préparation, cela nous a motivé et permis d'aller jusqu'au bout de l'aventure !

.

samedi 12 février 2011

GROUPAMA

.

Nouveau partenaire dans les rangs des Allumés de la Paix. Groupama a présenté son aide pour amener notre projet à son terme. Nous remercions donc ce geste de générosité. Nous porterons haut les couleurs de notre nouveau sponsor pendant toute la durée du raid.

Merci encore à Bertrand.




.

jeudi 16 décembre 2010

Novembre & Décembre 2010 - Pompe à eau

.


Cet article regroupe le travail étalé sur quelques semaines. Chaque week end disponible aura été efficace, et nous avons pu avancer la préparation de notre bolide ! L'objectif était de changer la pompe à eau et donc de vérifier tout le circuit de refroidissement avant le départ vers le sud.

Le démontage s'est très bien passé, à part quelques gouttes de liquide de refroidissement qui auront échappé aux récipients, la pompe à eau se retire facilement.
Une petite commande internet pour les pièces : durites, pompe à eau, liquide de refroidissement, tout le matériel utile au remontage.
Tout ça se sera étalé sur quelques semaines, mais finalement la nouvelle pompe à eau se positionne très bien et la purge se fait assez aisément. Le plus difficile aura certainement été de trouver la bonne pièce à placer au bon endroit ...

Mauvaise nouvelle au niveau règlement, le nouveau dossier de préparation des 4L pour le 4L Trophy vient d'être publié sur le site officiel, et les crochets de remorquages fixés sur le support de boîte ne sont plus autorisés. Nous aurions bien pris l'info un peu plus tôt, mais le règlement, c'est le règlement. Nous nous lançons donc dans la récupération, et grâce à l'aide de Bertrand, le crochet de remorquage avant se crée entièrement avec des pièces de récup' un coup de peinture et la pièce faite sur mesure paraît sortie d'une boutique. Nous tenons préciser à Jean Étienne que la belle pièce confectionnée par ses soins aura été récupérée jusqu'au dernier morceau. Le crochet arrière prend vie en soudant deux boulons à l'ancien crochet avant. Il se fixera sur l'attelage remorque.

Entre temps les "petites bricoles" nécessaires se terminent une après l'autre :

- finition des branchements pour les phares longue portée
- création de pattes de fixation pour le ventilateur d'appoint
- achat du ventilateur à un équipage qui prendra la route avec nous
- fixation des roues de secours et plaques de désensablement sur l'impériale
- achat et installation des quatre amortisseurs neufs
- création de pattes de fixation pour la batterie
- achat du jerrycan en métal de 20L pour les pannes surprises dans le désert
- changement de la bobine
- achat (obligatoire) de vis platinées

L'échéance approche, et nous commençons à sentir le bolide prêt à surmonter l'épreuve. Nous avons tout mis en œuvre pour que l'aventure se déroule dans les meilleures conditions, il reste encore quelques petits points à revoir, mais dans l'ensemble, le gros du travail a été fait. La fin des préparatifs apparaîtra un peu avant la veille du départ. En attendant nous continuons de travailler, et de sentir l'excitation monter à l'approche de la date clés !




.

lundi 30 août 2010

Août - Auvergne

.

Un premier voyage entre nos mains pour la 4L ! Elle n’a pas boudé, elle est partie sur 4 roues, et elle est arrivée sur 4 roues ! Aucun problème sur la route, elle ne demandait qu’une chose, c’était de rouler et croquer le goudron à pleines dents ! Même son apparition sur l’autoroute de montagne ne lui aura pas fait peur :p

Une semaine en Auvergne pour profiter de la famille pour avancer sur notre préparation :
Installés paisiblement dans une fosse fraîchement nettoyée, on a pu admirer pour la première fois notre bolide du dessous !

- Nous avons commencé par l’installation des deux plaques de protection à l’avant, et sous le réservoir. Deux plaques en acier de 3mm d’épaisseur. Avec ça, on peut rouler partout, les bosses des chameaux ne nous feront pas peur ! :p

Le carter de protection avant a été fixé sur le support du silentbloc de boîte, sur le plancher, et sur les deux longerons tout le long à l’aide de vis auto perforantes. Vous pouvez voir les photos correspondantes.

Tant qu’à installer la plaque de protection à l’avant, profitons-en pour installer un crochet de remorquage : une pièce en forme de L, renforcée et percée comme il faut sur mesures, fixée elle aussi sur le support du silentbloc de boîte.

Pour la protection du réservoir, nous avons été obligés de créer deux pattes de fixation à l’arrière, et nous avons utilisé des points de fixation déjà existants à l’avant.
Tout cela nous a pris pas mal d’heures de travail, mais nous n’y serions pas arrivés sans l’aide de Jean Etienne, que l’on peut encore remercier ! L’expert en bricolage nous aura appris bien des choses ! Merci aussi à Florent et Aymeric qui nous ont aidés comme ils ont pu.

- Une petite vidange de la boîte de vitesse s’impose, histoire de partir l’esprit tranquille avec de l’huile de boîte toute neuve !

- Changement de programme pour la fin de semaine, on aurait trouvé un artiste intéressé pour peindre sur une 4L ? Allez hop, direction les magasins de Brioude pour trouver une jolie peinture pour notre belle charrette ! Un gros coup de ponçage pour la débarbouiller, et pour que la nouvelle peinture accroche bien. Et puis c’est parti pour l’emballage ! Il faut scotcher, scotcher, scotcher et scotcher, pour cacher tout ce qui ne doit pas être peint : vitres, joints de vitres, plastiques … Il y a du boulot ! Lorsque tout ce qui est possible de cacher est caché, opération démontage, sièges, portes, phares, tout y passe !
La 4L est prête à passer sous la douche de peinture maintenant ! Elle sera rouge, couleur Massey Ferguson (il s’agit d’une peinture agricole, donc pour ceux qui ne connaissent pas la marque Massey Ferguson, je vous invite à faire un tour sur google images :p).


Planning de fin de semaine : 

> Mercredi soir : première couche d’apprêt (sous couche, rouge aussi)
> Jeudi matin : première couche de peinture
> Jeudi après-midi : seconde couche de peinture
> Jeudi soir et vendredi matin : remontage, et départ pour Bergerac

Un grand grand merci au peintre Olivier, qui nous a prêté de son temps pour nous aider à faire mûrir notre bolide !

Voilà les étapes de la fin de semaine. En seulement 7 jours, la 4L se sera dotée de deux belles plaques de protection, d’un crochet d’attelage, et d’une belle robe rouge !

Départ vendredi dans la matinée pour Bergerac, retour aux sources pour la 4L.

__________________



__________________


Ces vacances estivales auront été riches en mécanique et en préparation. Notre projet prend peu à peu forme, et notre motivation grandit de jour en jour ! Nous voulons remercier toutes les personnes qui nous ont aidés pendant ce séjour en Auvergne, on ne pourra pas tous les citer, mais ils se reconnaîtront !


A très bientôt pour la suite de la préparation, j’espère que vous suivez ça avec autant de plaisir que nous ! Et merci d’être aussi nombreux à nous accompagner et à visiter ce site !

.

jeudi 19 août 2010

EDENYA

.
 
Après la visite du site Edenya à Bergerac (centre de remise en forme), nous souhaitions remercier notre nouveau partenaire, qui nous a reçus chaleureusement, et qui nous permet de porter notre projet un peu plus loin grâce à son soutien. Merci Beaucoup ! Nous vous invitons à visiter leur site internet, et pourquoi pas, aller faire un tour dans leurs locaux !





Un immense merci à notre contact sur place.

.

Août - Dordogne

.

Jeudi 12 Août, l’équipage 154 se retrouve en Dordogne, au pied de la 4L. L’objectif étant la réparation définitive des freins, le passage au contrôle technique et la création de la carte grise.

Allez, on se lance, on refait la purge pour la énième fois, on va y arriver ce coup-ci ! Après une grosse heure de boulot et de « appuie, relâche » rien n’y fait. La purge des freins avant est parfaite, mais à l’arrière, le liquide ne tient pas en pression, et les freins ne sont pas opérationnels. Il est temps de demander l’avis d’un pro, on fait donc appelle à Fred’ par téléphone qui nous indique que la panne vient du maître-cylindre qui serait foutu, le lendemain matin, Jacky (garagiste du coin) passe voir la 4L et le verdict est le même !
Bon, à 2 contre 0, on ne réfléchit plus, direction oscaro.com, il nous faut un maître-cylindre tout neuf ! On va en profiter pour acheter quelques petites bricoles qui pourront nous être utiles :

- 1 Filtre à carburant (on n’est jamais trop prudent !)
- 1 Maître-cylindre de frein
- 4 Bougies d'allumage
- 2 Ampoules de grand phare (pour y voir plus clair …)

Cette commande étant effectuée le weekend end, il nous faudra un peu de patience, mais ça, ça ne s’achète pas sur oscaro :p


On va profiter de cette courte période pour installer les enceintes et l’autoradio, l’objectif de la semaine étant de partir pour l’Auvergne, il nous faudra bien un peu de musique sur le trajet. Deux petits emplacements pour nos enceintes voient donc le jour, et l’emplacement de l’autoradio se construit petit à petit (photos).

Lundi matin, surprise dans la boîte mail : nouveau message d’oscaro, le maître-cylindre n’est plus en stock, et il leur est impossible d’en trouver chez leur fournisseur. Remboursement express de la pièce…
Sur ce, il va nous en falloir un de toute façon, alors direction Bergerac pour commander ça chez AutoDistribution. En faisant jouer la concurrence, on arrive à s’en tirer avec une pièce pas trop chère, un prix finalement peu éloigné de celui d’oscaro.

Nous sommes à Bergerac, donc profitons-en pour démarcher quelques entreprises et peut être découvrir quelques sponsors généreux !
Des dizaines de portes plus tard, l’entreprise Edenya nous accueille très chaleureusement. Je vous invite à lire le prochain article pour en savoir plus à ce propos :-)


Ca y est, la pièce est arrivée à Bergerac, comme il reste toujours quelques bricoles à acheter, on en profite encore une fois pour faire le plein :

- Huile Moteur
- Liquide de frein
- Durites (pour remplacer les anciennes de 30 ans qui ont fait leur temps !)
- Maître-Cylindre (enfin !)
- Un triangle de sécurité (il ne faut pas oublier ça …)

Et hop, au boulot ! Le maître-cylindre se monte parfaitement, comme vous pouvez le voir sur les photos, il brille de mille feux :-)

Et attention … la purge … ça fonctionne !! Après tant de temps passé sur ces freins, on voit le bout du tunnel, la 4L freine (comme une 4L, mais elle freine) !

Le filtre à essence s’installe rapidement, puis vient le tour des durites, en parallèle, une petite vidange du moteur, puis les finitions de l’installation de la musique dans notre bolide !

Voilà, notre 4L roule, notre 4L freine, notre 4L est fin prête ! Quelques tours de pistes pour s’amuser un peu, et voir que notre travail n’aura pas été inutile ! C’est tellement agréable de faire rouler la voiture que l’on a réparée, de constater qu’il n’y a aucun problème. Elle glisse si bien sur la route :p


Le rendez-vous pour le contrôle technique est pris, on est même passé à la préfecture pour être certains de ne pas oublier de papier pour la carte grise. Entre temps, notre contact de chez Dayco, Christian, a réussi à nous avoir 2 jeux de courroies Dayco toute neuves ! Un grand merci à lui pour toute son aide !

Le contrôle technique est passé ! Seule une contre-visite bête pour avoir oublié de remettre les plaques de l’ancienne carte grise (on n’est jamais parfait …).

On file de suite à la préfecture, faire la carte grise, et en passant, on active le contrat d’assurance préparé à l’avance chez Groupama, et on fait faire un jeu de plaques d’immatriculation.

Et voilà, la voiture est fin prête pour rouler. Le chemin de retour du contrôle technique est un vrai bonheur, on peut conduire, ça y est !

Vendredi 20 août au matin, départ pour l’Auvergne, on va faire rouler un peu la voiture histoire de voir comment elle se comporte, et puis on va pouvoir commencer la préparation, après la réparation !



.

lundi 19 juillet 2010

Reception de la commande

.

Ça y est, la commande est arrivée à destination, mardi 22 juin, nous embarquons dans le train direction Sigoules ! Des jolis cartons de pièces toutes neuves et toutes propres ! Direction Bergerac pour acheter les pièces qui manquent à l'appel, c'est à dire les 2x2 roulements avant, et le câble de frein à main.

Allez hop c'est parti, on remonte tout ça ! Le travail de rangement méthodique des pièces démontées avant de partir n'a pas été fait pour rien, aucune pièce perdue, aucune pièce recherchée, tout se remonte très bien, et assez rapidement finalement. Surprenant, on a aucun problème à faire tout ça, beaucoup de chance ! On commence par les freins / roulements arrière, à gauche, à droite, hop c'est remonté ! 

A l'avant un peu plus de boulot, il faut meuler les anciennes rotules pour fixer les nouvelles, puis préparer tout le mécanisme des freins pour monter tout en un bloc. Pour les freins, tout va bien, pour les rotules, tout va bien, pour les roulements, tout va bien, et pour les cardans, pour l'instant tout va bien ... 

Voilà, finalement, le fait d'avoir tout démonté nous même, ça permet de comprendre les mécanismes pour remonter, d'être plutôt efficace et de ne pas faire trop d'erreurs. Enfin, pas faire d'erreur ... Les deux cardans reçus ne sont pas identiques, malgré la même référence sur la commande, la même référence sur la boîte, et la même référence sur l'étiquette collée sur le cardan ... Ça se joue à quelques millimètres, mais c'est suffisant pour voir que ce n'est pas la bonne pièce. Donc voilà, le cardan gauche est monté, mais ne convient pas ... Il est trop large et touche en bas, au niveau de la rotule. Hop, on re-démonte, on appelle Oscaro, qui nous demande de nous envoyer des photos de la pièce pour voir si elle n'est pas abîmée avant de la rembourser. Alors un p'tit coup de nettoyage, un coup de peinture sur les morceaux un peu râpés par le montage, et on envoie tout ça chez Môssieu Oascaro, qui nous remboursera plus tard.

Il ne reste plus grand chose dans le garage, on peut commencer à remonter les portes tout doucement, en attendant de re-commander le deuxième cardan.

Quelques jours après, et à distance, on commande le cardan, ce coup ci, c'est le bon, parfait ! On monte tout ça, et on tente de faire la purge des freins avant de la remettre sur pieds. Comme on a eu beaucoup de chance pour remonter les pièces, on ne pouvait pas réussir la purge le premier coup ... Ça aurait été trop beau. Il y a probablement un problème au niveau des conduits. On en saura davantage dans quelques jours, avec les conseils de connaisseurs.


Enfin, les freins n'empêchent pas de remettre la bête sur ses roues ! Alors c'est parti, ça y est, elle roule de nouveau ! Même sans les freins, on arrive à faire quelques tours avec. Elle roule parfaitement, le fait d'avoir changé les roulements s'y connaît (heureusement d'ailleurs :p), ça ne fait plus de bruit, et ça ne secoue pas ... C'est agréable de pouvoir la faire rouler après tout ce boulot effectué dessus ! Notre motivation grandit encore un peu plus !

Allez, maintenant on peut partir un peu en vacances, rendez-vous en Août pour la suite des réparations, et la résolution du problème des freins. Si tout va bien, elle viendra faire un tour en Auvergne pendant le mois d'Août.

A très bientôt !

.

mercredi 16 juin 2010

Commande de pièces

.

Notre première commande de pièces sur Oscaro.com. En suivant la liste construite pendant le week end de l'ascension, on a préparé une petite commande à direction de Sigoules pour s'occuper à la fin des partiels :-)


En effet, c'était prévisible, mais on a déjà doublé le prix de départ de la 4L !

Allez, plus que quelques révisions de partiels, et ensuite au boulot pour installer tout ça !

.